Fédération des Buralistes


Paris - IDF - Oise - Seine-Maritime

Premier réseau de commerce de proximité

En ce moment

Buralistes Mag N°1352 - Octobre 2017

N°1352 - Octobre 2017

Bonne lecture !

lire le magazine

 

Edito

Appel à manifestation

Nous avons donc été reçus au ministère de la Santé, début septembre, pour parler du paquet à 10€… Une erreur grave, une faute de jugement lourde de conséquences, à la fois en termes d’emploi et de recettes fiscales. Un coup d’épée dans l’eau pour la santé publique, une aubaine pour le marché parallèle. Et que retire-t-on de ce rendez-vous ? Que l’État s’entête. Qu’il ne nous entend pas. Que nos arguments, qui sont l’évidence même, il refuse de les prendre en compte. Et que fait-on dans ce cas ? Quand l’État fait la sourde oreille, quand il refuse brutalement le dialogue ? Il n’y a pas mille façons de répondre : soit on se laisse faire, soit on se mobilise. J’ai choisi, et je pense et j’espère que vous serez d’accord avec moi, la mobilisation. Dans ce numéro, il sera donc question de la journée de manifestation du 4 octobre prochain, déjà évoquée lors de notre conseil d’administration du 21 septembre. Alors que commence la campagne pour l’élection de notre président national, plus que jamais, faisons front pour l’avenir de notre profession. Les buralistes ne se laisseront pas faire : ils ne se sont jamais laissés faire. Tenez, je vais vous raconter une histoire, celle d’Évelyne Curateau, buraliste à Lesigny et Trophée 2017 de la prévention et de la sécurité… En dix-sept ans, Evelyne a subi vingt-quatre cambriolages. Est-ce qu’elle s’est résignée ? Non. Est-ce qu’elle a jeté l’éponge ? Non. Elle a fait blinder les murs de sa réserve, elle a fixé des sabots de sécurité au sol pour empêcher le lever du rideau, elle a installé des générateurs de brouillard et un système de vidéo surveillance. Eh bien soyons comme Evelyne : défendons-nous ! Ne nous laissons pas faire ! Je réclame, pour tous les buralistes, le droit d’exercer leur métier sans avoir à craindre, ni les petits voyous qui nous dépouillent à la tombée du jour, ni les faiseurs de lois qui ne rêvent qu’à notre disparition ! Chaque jour, nous sommes des milliers à nous lever tôt et à travailler dur pour nos concitoyens. Et l’État nous prend pour quantité négligeable ? Nous méritons mieux que ça. Puisqu’ils ne veulent pas l’entendre, on va monter le volume

BURALISTES COPYRIGHT 2017